Archives par mot-clef : radio

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Radio, découvrez Le Pouvoir de la Radio !

A l’occasion de la journée mondiale de la radio, ce 13 février 2017, l’EGTA a publié une présentation sur le pouvoir de la radio, illustrée d’extraits de conférences (en anglais). La radio est mise en valeur sous les angles suivants :

  • Que vous écoutiez activement ou passivement, la radio capte toujours votre attention !
  • Publicité Radio: la seule limite est votre imagination !
  • La Radio est là quand les écrans sont éteints !
  • La Radio amplifie les autres médias !
  • Retours sur Investissement : La Radio ça marche !
  • La Radio aide les marques à grandir

Téléchargez le pdf de la présentation, traduit en français .
Le lien vers la présentation originale, en anglais.

www.radiopub.ch

 

Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Grands principes radio

La radio est un média « chaud ». Chaud au sens où il donne l’information à chaud, à vif, quand l’événement se passe. Chaud aussi au sens où c’est un homme, une femme, qui parle à d’autres hommes, d’autres femmes, jeunes, adultes ou anciens. Une voix. Mais il faut se méfier de la rapidité. On ne colporte ni rumeur, ni on-dit ; toute information doit être absolument vérifiée. L’Histoire nous a montré jusqu’où pouvait mener le non-respect de l’exactitude et de l’objectivité.

Le ton en radio

Nous parlons dans la vie. En radio, nous parlons plus lentement. Mais nous devons faire naître des images, raconter, décrire. Nous devons être vivants, pas des machines à dire. Il faut trouver un style simple qui corresponde à soi-même. En quelques mots un reporter peut vous décrire une place vide quittée précipitamment par une foule, et vous la voyez ! Avoir un style, une présence à l’antenne, demande de travailler sans cesse sur soi-même.

Le respect des personnes

Notre métier est de donner la parole aux autres, leur permettre de s’exprimer. Le public a droit à la vérité. Mais tout individu a droit à son honneur et à sa vie privée. En Europe et aux Etats-Unis, des lois très sévères condamnent la calomnie et la diffamation.

L’exactitude

Vérifiez tout. Vérifiez l’information que vous a donnée une première source auprès d’une deuxième source. Si vous avez un doute, vérifiez encore. Vous parlez à l’antenne de « faits avérés ». Soyez précis, au mot près, pour une citation d’homme politique par exemple.

L’équilibre

Efforcez-vous de donner les différents points de vue, notamment dans le cas d’une question controversée, sociale, politique, économique…

La clarté

L’immense majorité de vos auditeurs a des préoccupations de survie. Son langage est simple. Si vos auditeurs ne parviennent pas à vous comprendre, vous aurez fait tout votre travail de recherche en vain.

Pas de commentaire

Le commentaire est un jugement de votre part, une opinion. Vous n’êtes pas là pour ça. Contentez-vous des faits.

Protection des sources

L’information du public passe par la recherche de la vérité. La diffusion de certaines informations délicates peut déplaire à des personnes ou des organisations de toute nature. Pour pouvoir rendre publiques ces informations délicates, il faut parfois garantir aux personnes qui s’expriment à l’antenne que leur identité restera confidentielle. Dans un tel cas de figure on dit que le journaliste doit « protéger ses sources d’information », c’est-à-dire garantir aux personnes qui lui donnent des informations qu’elles le font en toute confidentialité. Attention : cette procédure s’utilise de façon exceptionnelle, dans des cas très précis où cette technique est le seul moyen de diffuser une information capitale.

Restez en contact avec votre rédaction

Cela vaut en zone de conflit, mais aussi en période de paix. A la station, les présentateurs, le rédacteur en chef ont besoin de savoir où vous en êtes pour la préparation du journal.

http://www.24hdansuneredaction.com

Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Ressources: Ressources pour la Journée mondiale de la radio

La Journée mondiale de la radio fête sa sixième année, et les célébrations organisées dans le cadre de cette journée s’amplifient! Le 13 février est l’occasion de célébrer le pouvoir de la radio. Cette année, Radios Rurales Internationales s’associent à l’UNESCO pour souligner cette journée.
Le thème choisi pour cette édition est : La radio, c’est VOUS!
Ce thème célèbre les auditeurs. Ces derniers aident à définir le contenu que proposent les stations de radio. Ils posent des questions, partagent leurs témoignages et peuvent influer sur les pratiques de votre station.
Les groupes d’écoute sont un moyen pour les radiodiffuseurs d’entrer en contact avec leur auditoire. Les sondages par téléphones cellulaires ou les tribunes téléphoniques en sont d’autres. Cette année, pour la Journée mondiale de la radio, dites à l’UNESCO comment vous établissez le contact avec vos auditeurs. Racontez vos expériences sur les réseaux sociaux ou en vous enregistrant votre émission radiophonique sur le site de l’UNESCO.
L’UNESCO possède plusieurs idées sur la façon dont vous pouvez commémorer cette journée :
Célébrer à l’antenne : les stations de radio peuvent programmer une émission spéciale, organiser une journée portes ouvertes ou mentionner simplement à l’antenne qu’il s’agit de la Journée mondiale de la radio. Nous vous encourageons à inscrire votre station sur le site Web de l’UNESCO et enregistrer votre émission ou votre activité sur la carte des activités. Cela permettra au monde entier de savoir simplement ce que vous êtes capables de faire! Vous pouvez aussi inclure le logo ou la bannière de votre station, ainsi que le lien votre page Facebook. L’UNESCO délivrera une attestation de participation aux stations qui enregistreront leurs émissions.
Enregistrez votre émission ici : http://www.diamundialradio.org/fr/user/register
Faites passer le mot : Participez aux célébrations sur les réseaux sociaux à l’aide du hashtag #WorldRadioDay. Consultez les pages Facebook et Twitter de Barza pour lire les messages à l’aide de ce hashtag.
Vous pouvez également télécharger le jingle, disponible en anglais, français et swahili, ou produisez le vôtre. Consultez les ressources sur la Journée mondiale de la radio ici : http://www.diamundialradio.org/fr/ressources
Écoutez vos auditeurs : Faites le « bilan de santé » pour savoir davantage comment consulter votre auditoire. Ces ressources offrent des idées pour l’amélioration des pratiques de votre station, la formation des groupes d’écoute et la collecte de leurs avis. Vous en saurez plus à partir du lien suivant : http://www.diamundialradio.org/fr/le-bilan-de-sante-pour-votre-station-de-radio
Source: Barza Infos (Radios Rurales Internationales, Montréal), 30 jan. 2017

URL : http://tinyurl.com/zsubdro

Marqué avec , | Un commentaire

Le rôle du conseil d’administration d’une radio communautaire

Le conseil d’administration

 

Mission :

Le conseil d’administration est l’organe dirigeant de la Radio. Il est l’organe garant de son indépendance et de l’efficacité de ses activités. Son but et sa fonction consistent à s’assurer que la Radio remplit ses objectifs, en respectant les codes. Il a la responsabilité de déterminer la politique générale, les statuts, les codes et les lignes d’action de la Radio  et d’assurer la qualité de sa gestion.

Fonctions:

  • Définir les orientations générales de la Radio.
  • Approuver le rapport d’activités annuel, les comptes annuels, le budget et la gestion des opérations ainsi que leur contrôle.
  • Rechercher des moyens financiers et matériels pour la bonne marche de la Radio.

Désigner et révoquer le directeur selon les dispositions des statuts qui la régissent.

Restrictions:

  • Les membres du Conseil d’Administration ne peuvent avoir d’autres activités au sein de la Radio.

Les membres du conseil d’administration doivent exercer leur mandat de manière indépendante en prenant garde de ne pas provoquer de conflits d’intérêts avec d’autres activités ; ils ne peuvent appartenir à l’administration, à la direction, à la gestion opérationnelle ou à l’organe de révision d’un autre média.

Activités principales du Conseil d’administration:

  • Définir les orientations générales de la Radio
  • Approuver la création et la suppression d’activités;
  • Prendre connaissance des rapports périodiques de la Radio;
  • Examiner le rapport annuel d’activités et l’approuver;
  • Contrôler et approuver le rapport d’activités annuel, les comptes annuels, le budget et le rapport de gestion;
  • Surveiller la bonne application des statuts ainsi que l’exécution des décisions;
  • Définir un plan  d’activités et d’objectifs pour la Radio
  • Rechercher des moyens financiers et matériels pour la bonne marche de la Radio.
  • Désigner et révoquer le directeur selon les dispositions des statuts qui la régissent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Description du poste de Rédacteur en chef

 

Mission :

Le Rédacteur en chef est le premier responsable de l’application de la politique éditoriale, de la production et de la qualité des nouvelles de la radio, des  journaux et flashs locaux. Le Rédacteur en chef relève du Directeur de la Radio. Il travaille en étroite collaboration avec le responsable des programmes. Il assume la direction de la Rédaction. Il définit les règles de travail, les normes de production et voit quotidiennement à leur application.

Relations :

Le rédacteur en chef relève hiérarchiquement du directeur de la radio.

Il exerce l’autorité opérationnelle sur tout le personnel de la rédaction.

Il a des relations latérales avec le Directeur des programmes.

Activités principales : le rédacteur en chef

  1. Participe à la définition de la ligne éditoriale, dont la responsabilité finale revient au Directeur de la radio. Il fait appliquer la ligne éditoriale.  
  2. Veille à l’équilibre (sur la durée) entre les traitements diffusés sur les différentes tendances politiques, les différents acteurs sociaux, les préoccupations des différents secteurs de l’auditoire.
  3. Veille à l’équilibre (sur la durée) entre les traitements diffusés par les différentes régions à l’antenne
  4. Suit l’actualité des journaux nationaux, des sites internet destinés, des radios internationales et des radios nationales
  5. Prépare la tenue des réunions quotidiennes de la Rédaction et les dirige
  6. Fait l’écoute attentive des journaux en vue de diriger les bilans quotidiens
  7. Assume la supervision du contenu de toute la production des journaux et des flashes
  8. Approuve les conducteurs de tous les journaux avant diffusion
  9. Conseille et forme les journalistes
  10. Offre un feed-back régulier aux correspondants locaux qui contribuent aux informations locales
  11. Participe au recrutement du personnel, à l’embauche, à l’évaluation et supervise les stagiaires de la Rédaction.

Communication externe :

Au sein de la radio uniquement. N’est pas habilité à s’exprimer à l’externe, sauf autorisation expresse  du Directeur de la radio.

Marqué avec , , | Un commentaire

Corrigez vous-même votre écriture

Voici un exercice très simple et très rapide qui permet de faire un diagnostic sur votre écriture radiophonique et de vous corriger.

Sur chacun de vos textes, sans même les lire, repérez les 3 éléments suivants :

  • Entourez la première phrase.
  • Soulignez les verbes.
  • Barrez chaque point.

Une fois que votre texte est annoté de cette façon :

  •  La première phrase :

Lisez attentivement la première phrase en cachant le reste du texte. Cette phrase doit contenir l’élément d’actualité. Pour savoir si c’est le cas répondez à la question : quelle est l’information nouvelle ?  Si la phrase ne répond pas à cette question, c’est qu’elle est mal écrite.

  •  Les verbes :

Il faut respecter une unité de temps. Les verbes doivent être au présent. Vérifiez que c’est bien le cas.
Tous les verbes doivent être différents. Chacun d’entre eux doit correspondre à une idée précise.
Etre et avoir sont des verbes à proscrire. Ils ne sont pas assez précis. Faites l’effort de trouver des verbes appropriés.

  •  Les points :

Est-ce que vos phrases ne sont pas trop longues ? Si c’est le cas, vous donnez probablement plusieurs informations dans chaque phrase. Pour vous corriger contentez-vous d’une idée par phrase. Votre texte sera tout de suite plus clair et plus incisif. Autre possibilité, vos phrases sont construites de façon trop compliquée. Utilisez la construction : sujet/verbe/complément.

Faites ce test, corrigez-vous et vous verrez que votre écriture sera bien plus claire, plus compréhensible pour vos auditeurs et plus facile à lire à l’antenne.

CONSEIL :

Dans votre rédaction, prenez l’habitude avant l’antenne de vous lire vos textes entre vous, cela permet de voir si ça fonctionne, et s’il faut corriger. Faites de même avec vos reportages quand vous avez un doute. On s’améliore grâce aux autres.

http://www.24hdansuneredaction.com/radio/

Marqué avec , , , , | Un commentaire

Les titres du journal

Il n’y a pas besoin de titres dans un flash  parce que c’est une suite d’informations courtes qui durent deux à trois minutes. En revanche, les titres sont nécessaires pour un journal de 10 à 15 minutes. Ils annoncent les principaux sujets pour alerter l’auditeur et lui donner envie d’écouter.« Tiens, quoi de neuf aujourd’hui ? »

Définition

Les titres sont les informations principales qui vont être développées dans le journal. Le présentateur choisit de les valoriser en les plaçant au début de son édition.

A quoi servent les titres ?

Si votre journal est une boutique dont vous êtes le vendeur, les titres en sont la vitrine. C’est ce que l’auditeur entend en premier et qui va le convaincre de rester à l’écoute. Les titres du journal jouent le même rôle que la première phrase d’un lancement ou d’une brève. Ils donnent l’information principale et accrochent l’attention de l’auditeur.

Quels sujets choisir pour faire les titres ?

Les trois ou quatre sujets les plus importants du journal. « L’ouverture », le premier sujet, ensuite les deux ou trois thèmes importants du jour. Il est également intéressant de mettre en avant un sujet original qui n’est pas d’une actualité brûlante. Parfois, on peut titrer sur le sujet de fin de journal, parce qu’il est léger.

Comment rédiger les titres du journal ?

Pour une question de rythme, les titres se rédigent en une ou deux phrases. La première phrase accroche l’auditeur en donnant l’information. La seconde vend l’angle choisi pour traiter l’info.

Combien de titres rédiger ?

Il faut un minimum de trois titres, sinon le journal va paraître pauvre aux auditeurs. Le maximum sera de cinq titres, parce qu’il faut choisir les informations principales. Surtout ne pas faire une liste de tous les sujets développés.

Durée des titres du journal ?

La durée des titres varie selon la longueur du journal. Pour un journal d’un format classique d’une dizaine à une quinzaine de minutes, les titres doivent faire une quarantaine de secondes.

Quand faire les titres ?

La plupart du temps le présentateur rédige ses titres en dernier. Dans un journal d’actualité, il faut se tenir prêt à rajouter une information de dernière minute. Si cette info est capitale, il faut bien sûr la donner en titre. Il vaut donc mieux rédiger les titres ½ heure avant de passer à l’antenne.

Comment valoriser les titres auprès des auditeurs ?

Il faut bien les choisir et bien les rédiger. L’habillage joue un grand rôle (voir fiche suivante). Ainsi il faut placer un jingle avant les titres et une virgule à la fin. Les titres peuvent être soulignés par un tapis musical qui va donner du rythme et de l’intensité. Mais la voix du présentateur doit absolument rester audible et compréhensible.

www.http://www.24hdansuneredaction.com/radio

Marqué avec , , | Un commentaire

Réussir son reportage

 

 Le reportage est considéré comme un genre majeur. C’est un idéal journalistique: un bon reportage réalise la synthèse de tous les autres genres journalistiques. Encore faut-il que la forme et le fond y soient harmonisés autour d’un bon sujet traité avec talent. C’est un exercice difficile. Il ne supporte pas la médiocrité. Il réclame la maîtrise de toutes les techniques rédactionnelles.

Les huit clés du bon reportage :

1. Une bonne idée.

Pour capter l’attention il faut d’abord avoir à raconter une histoire originale. La première chose à faire est de trouver « la » bonne idée, celle que les autres journaux n’auront pas. Dans le tourbillon de l’actualité on la trouve souvent en cherchant à contre-courant. Jules César a débarqué en Grande-Bretagne? Tout le monde se polarise sur son plan de bataille, ses forces armées, ses objectifs géopolitiques, ses ambitions personnelles? Les envoyés spéciaux de la presse romaine et gauloise affluent sur la plage de Douvres?… Moi, je vais faire le contraire! Je vais aller voir, sur place, comment réagissent les Bretons, ces « Barbares »… Je « vends » l’idée à mon Directeur de la rédaction qui s’en délecte à l’avance…

2. Une bonne documentation.

Pour être capable de comprendre ce que l’on va voir, quand on part en reportage en terrain inconnu, il faut avoir au moins une petite idée de ce qui vous y attend… Or, je ne sais rien de ces Bretons « barbares ». Comment pourrai-je écrire sur eux des choses intelligentes ? Donc, je prends le temps de me documenter sur eux avant d’aller à leur rencontre. Sinon, une fois sur place, je risquerais de passer à côté des choses les plus intéressantes.

3. Des portraits et des scènes de vie.

Le reportage, c’est la vie des gens. Parvenu chez les Bretons, je fais parler les gens, je repère les personnages les plus bavards, les plus truculents, les plus importants, je les fais parler de Jules César et de son débarquement. Je prends mille notes manuscrites sur ce que je vois et entends; j’enregistre mes conversations sur magnétophone (avec l’accord de mes interlocuteurs) ; je prends soin, avant chaque entretien, d’identifier précisément chacun de mes interlocuteurs : nom, prénom, âge, métier, couleur des yeux, couleur des cheveux, traits caractéristiques… Je note également tous les détails descriptifs qui me seront nécessaires pour les montrer en action: ici, une forge ; là, une épicerie; là-bas, un « pub »…

4. Des bruits, des couleurs, des odeurs.

Le reportage, c’est le cadre de vie des gens. Tous mes sens sont en alerte. J’enregistre les bruits, les couleurs, les senteurs pour les restituer dans mon récit. Je décrirai chacun de mes personnages dans son univers professionnel. Il faut que mon texte transporte le lecteur pour que celui-ci voie, entende, ressente les mêmes choses que moi.

5. Un angle d’attaque.

 Je retire un sentiment prédominant de ce que je vois, entends et ressens au contact des Bretons et de leurs préparatifs guerriers : la campagne de César ne sera pas une promenade de santé; les Bretons s’attendaient à son débarquement; ils lui opposeront une nouvelle forme de guérilla… avec le renfort des Ecossais! C’est un scoop : c’est Britanix, le chef des Bretons, qui me l’a confié! Les Ecossais ont déjà quitté les Highlands pour prendre César à revers pendant qu’il assiégera London. Voilà mon angle d’attaque! Je tiens même mon titre: « César va droit à la douche écossaise »…

6. Une bonne accroche.

Le bon reportage, c’est une bonne idée qui s’incarne dans des personnages forts et s’exprime dans des paroles lourdes de sens. Britanix m’a fourni de quoi faire une bonne accroche dans ses réponses à mes questions. Il est le chef des Bretons, je le mettrai en scène d’entrée en commençant mon récit par l’une de ses phrases les plus significatives: « César est arrivé en bateau, il repartira à la nage!… ». J’enchaînerai en brossant son portrait en quelques lignes pour planter le décor avant d’égrener ses autres déclarations au fil de mon récit.

7. Un bon fil conducteur.

Le bon reportage, c’est un solide fil conducteur tendu entre une bonne accroche et une bonne chute. Les déclarations que m’a faites Britanix me serviront de fil conducteur. Je construirai le corps de mon texte en faisant se succéder en alternance les citations, les descriptions, les petits portraits, les témoignages et mes propres remarques analytiques sur la stratégie et les moyens des Bretons et de leurs alliés.

8. Une bonne chute.

Il n’y a pas de bon reportage sans bonne chute. Celle de mon récit de voyage chez les Bretons sera symétrique à l’accroche. Je laisserai le dernier mot à Britanix :« Ils sont fous ces Romains… ».

www.24hdansuneredaction.com

Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Comment fidéliser vos auditeurs?

Les auditeurs font partie intégrante d’une radio. En effet, ce sont eux qui créent la notoriété de votre radio et son audimat.

Pour vous, quelles sont les astuces pour fidéliser vos auditeurs?

Merci de partager vos expériences!

 

 

Marqué avec , , | Un commentaire

Check-list pour une interview radio

 

Lors d‘une interview radio, incite ton interlocuteur à répondre de manière intéressante. Il faut savoir qu‘une interview pour une radio publique est fondamentalement différente des entretiens que tu fais au cours de tes recherches ou d‘une discussion privée. Une interview radio est toujours destinée à des tiers, les auditeurs.

Lors de l’interview, tu dois avoir ton sujet bien en tête et écouter attentivement. Ainsi tu peux juger si la réponse à une question est satisfaisante ou décider de poser des questions supplémentaires.

Une bonne préparation te donnera confiance en toi car tu pourras te concentrer entièrement sur ton invité pendant l‘interview.

Les points suivants t’aideront à bien préparer et mener ton interview.

  1. Préparer l’interview 

Choix du sujet : Quel sujet choisir? Sous quel angle le traiter?

Après avoir choisi ton sujet, tu dois chercher de plus amples informations. Tu vas recueillir des informations dans des livres, des journaux, sur Internet, dans des archives ou encore dans des discussions; on appelle cela les « recherches ». Les personnes qui maîtrisent bien le sujet te seront d’une aide précieuse. Souvent, elles pourront aussi te recommander une personne à interviewer.

Lors de tes recherches, pose-toi les questions suivantes:

• Quel est l’intérêt du sujet pour toi et les auditeurs?

• Qu‘est-ce qui n’est pas clair pour toi?

• Quelles contradictions comporte ce sujet?

• Quels sont les différents points de vue sur ce sujet?

• Délimite le sujet: quel aspect est, d’après toi, le plus important ou le plus actuel?

Discutes-en avec d’autres ! Si tu traites un sujet controversé, familiarise –toi avec les arguments des détracteurs. Quelles autres sources d‘information peux-tu utiliser?

Choix de l‘interlocuteur: qui souhaites-tu interroger?

• Qui peut donner un avis compétent sur ton sujet? (Fais éventuellement des recherches)

• Quelles sont les différentes opinions sur ce sujet?

• Qu‘est-ce qui t‘intéresse ? Avoir une vue d’ensemble sur le sujet, l’avis d’un spécialiste, recueillir des expériences concrètes, des avis ou des expériences personnelles?

• Si le sujet est controversé : Quel point de vue défend ton interlocuteur?

• Qu‘est-ce qui t‘intéresse particulièrement chez ton interlocuteur?

Le choix de ton interlocuteur détermine la manière dont tu vas traiter ton sujet.

Tu peux te poser les questions suivantes: Qui est invité par les autres médias? Souhaites-tu interroger des personnes qui n’ont pas souvent la parole ? Quel aspect du sujet ou d‘une controverse désires-tu mettre en évidence? Souhaites-tu transmettre des informations générales ou des expériences personnelles? Attention: souvent dans les institutions et les autorités seules certaines personnes ou le service de presse ont le droit de donner des renseignements.

Si tu veux interroger une personne que tu connais et trouves intéressante, n’oublie pas que tu as quand même besoin d‘un sujet! A quel sujet la personne peut-elle raconter des choses intéressantes ? Pourquoi veux-tu faire connaître ce sujet?

Prise de contact et première rencontre avec ton interlocuteur

 invite ton interlocuteur et mets tes idées au clair

Les points suivants sont également importants:

• Informe-toi sur ton interlocuteur: son nom et prénom, son titre et sa profession, la manière dont il souhaite qu’on s’adresse à lui.

• Explique-lui qui tu es et ton projet: ton nom, la station de radio pour laquelle tu travailles, ton émission, le sujet, les thèmes principaux et la longueur approximative de l‘interview.

• Conviens d’un lieu adéquat et de la date de l’interview.

L’objectif principal de la prise de contact est de donner envie à ton interlocuteur d’être interviewé. De plus, tu verras si ton sujet correspond bien à ton invité.

Si ton invité est trop bavard, dis-lui poliment que tu préférerais l’interroger plus tard, lors de l’interview. Ne dévoile surtout pas tes questions avant le début de l’interview. Si non l’interview perdra de sa vivacité.

Observe ton interlocuteur : Est-il bavard, timide, est-il habitué aux médias, est-il réservé, arrogant etc.? De quoi aime-t-il parler?

Ces observations t‘aideront à poser les bonnes questions lors de l’interview.

Liste de questions: Quelles questions veux-tu poser?

• Rassemble les questions qui te viennent à l‘esprit (brainstorming) et ensuite reclasse-les!

• Pars des points forts et des traits particuliers de ton invité: de quel sujet parle-t-il particulièrement bien? Quel sujet maîtrise-t-il bien?

• Quel sera le fil conducteur et le titre de l’interview? Quelles questions poser pour donner une structure solide à ton interview?

Ne  t r a i t e  p a s  t r o p  d ’ a s p e c t s  à  l a  f o i s , mi e u x  v a u t  ê t r e  c l a i r e t     c o n c i s !

• Quelle sera ta première question?

• As-tu structuré l‘interview de manière à ce que les auditeurs puissent comprendre le sujet?

• Note plutôt des mots clés que de longues questions!

• As-tu noté des chiffres ou des déclarations, avec lesquels tu souhaites confronter ton interlocuteur?

• Disposes-tu de toutes les informations dont tu as besoin? Ou dois-tu faire de plus amples recherches?

Répète l’interview dans ta tête ou avec un collègue! Ose formuler des questions critiques : poser poliment une question critique est souvent d’une grande aide!

Vérifie le matériel technique: le magnétophone et le micro fonctionnent-ils?

Le dernier pas de la préparation est de mettre un questionnaire au point. Cela t‘aide à ranger tes pensées. Pendant l‘interview, le questionnaire sert de donneur de mot-clé si tu deviens nerveux.

C‘est tout! Ce n‘est pas un plan auquel tu dois obéir!

Tu dois être tout à fait à l’aise avec le magnétophone et le micro.

Avant chaque interview il faut:

• Vérifier si tu as tout: le micro, le câble, les piles, de l’électricité, les casques, la bande sonore.

• T’assurer que le micro et le casque fonctionnent bien.

• T‘exercer à utiliser le matériel: brancher le microphone et le casque, utiliser le micro, changer les piles.

• Faire un enregistrement pour du beurre et l‘écouter: A quelle distance dois-tu tenir le micro et comment le régler au mieux? (Le réglage de chaque appareil est différent suivant le micro qu’on utilise).

Le réglage optimal se situe entre -3 et 0 décibels. Ce réglage ne doit pas dépasser zéro! Les enregistrements trop bas ou trop élevés sont de mauvaise qualité et souvent inutilisables par après.

Quand tu enregistres l‘interview avec le magnétophone, commence l‘enregistrement tout de suite.

C’est ainsi que le réglage est le plus simple.

II. L‘interview

A présent, oublie tous tes préparatifs et consacre-toi entièrement à ton interlocuteur, tout en

gardant ton sujet en tête.

• Crée une atmosphère détendue: montre que tu es intéressé par ton interlocuteur

• Veille à garder la conversation en mains, dans l’intérêt de tes auditeurs.

• Pose des questions courtes et claires (sauf pour les questions contenant de nouvelles informations).

• Pose toujours une seule question à la fois.

• Pose des questions ouvertes.

• Mais pas des questions trop ouvertes.

• Evite les questions fermées (auxquelles on ne peut répondre que par oui ou par non).

• Adresse-toi personnellement à ton interlocuteur et montre que tu le respectes.

• Ne commence pas tes phrases par «hum», «euh» (cela donne l’impression que tu commentes les propos de ton interlocuteur ou que tu es distant, même si tu t’exprimes comme ça car tu es gêné ou hésitant)

• Pose des questions concrètes.

• Garde bien ton micro en mains!

Ecoute bien et réagis aux propos de ton invité! Ne reste pas collé à ta liste de questions. Pose des questions supplémentaires si tu n’as pas compris quelque chose ou si ton invité ne répond pas à une question. (Une confrontation peut être intéressante surtout avec des personnes habituées aux médias comme par ex. des hommes politiques). Ne crains pas de poser une question dont tu connais déjà la réponse, car tu poses tes questions pour les auditeurs et tu préfères peut-être que l‘invité s’exprime avec ses propres mots.

En direct ou en studio?

Réfléchis à la manière dont tu souhaites enregistrer l‘interview : en direct ou en studio? Une interview en direct a l’avantage de rendre une émission très vivante et de te faire gagner du temps.

Mais tu préfères peut-être enregistrer l‘interview et la retravailler avant la diffusion?

Cette méthode peut rassurer un interlocuteur inexpérimenté car on peut effacer les réponses

maladroites après l‘interview. Les questions et les réponses qui ne font pas partie du sujet peuvent être raccourcies. Toutefois, pour faire un montage tu dois maîtriser la technique nécessaire. En tout cas, cela t‘aidera à réaliser une interview préenregistrée comme une interview en direct.

Si non, le montage prend beaucoup de temps.

Principales étapes pour le montage d’une interview préenregistrée

• Enregistre l‘interview sur ton ordinateur.

• En écoutant l‘enregistrement rédige un protocole d‘enregistrement (avec les numéros des

bandes/ les données du lecteur/les données temporelles/la place des questions et des réponses).

• Choisis les parties que tu voudras utiliser pour la diffusion : quelle est la durée de ces morceaux?

Vont-ils être diffusés dans l’ordre initial ou vaudrait-il mieux les déplacer?

Fais un plan du montage: définis l’ordre de diffusion des passages. Quels passages couper?

Faut-il supprimer certaines réponses maladroites?

• Effectue les corrections et les changements souhaités dans un logiciel audio en suivant le plan du montage.

www.interaudio.org

Marqué avec , , , | Laisser un commentaire