Archives de catégorie : Revue de presse

Revue de presse-Le Phare: «MP-Rassemblement, négociations de la dernière chance»

Revue de presse du 8 décembre 2016(Radio Okapi).

Les journaux parus ce jeudi dans la ville de Kinshasa reviennent sur le dialogue inclusif annoncé entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement de l’opposition. Le Phare titre en manchette : «MP-Rassemblement, négociations de la dernière chance». Le quotidien note qu’après plus d’un mois de contacts informels gérés par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), les négociations directes entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement de l’opposition vont enfin s’ouvrir jeudi 8 décembre à 10 heures au Centre Interdiocésain, dans la commune de la Gombe.

Le Phare qui cite des sources proches de l’organisation de ce forum, indique que ce dialogue voulu inclusif aura un format réduit et sa durée ne devrait pas excéder trois jours, avec 15 participants pour chaque camp politique.

En principe, poursuit le quotidien, la Majorité présidentielle devrait s’organiser pour dégager, dans son quota, des « sièges » pour l’opposition et la société civile signataires de l’accord du camp Tshatshi. Le Rassemblement devrait faire autant pour le MLC et ses alliés regroupés au sein du Front citoyen ainsi que la société civile restée fidèle aux recommandations des assises de Genval, en Belgique.

«La répartition de 15 délégués du «Rassemblement» est connue», écrit Le Potentiel à la Une. Le quotidien précise que l’UDPS d’Etienne Tshisekedi se contentera de deux délégués, tout comme le MLC de Jean-Pierre Bemba, la Dynamique de l’opposition ainsi que la Société civile proche du Rassemblement. Les alliés de Tshisekedi donneront également deux délégués et ceux de Moïse Katumbi seront représentés par un seul délégué tout comme l’Alternance pour la République (AR).

C’est le G7, souligne le quotidien, qui s’en sortira avec le plus gros lot : trois délégués. Ce dosage savant fait l’affaire de ce regroupement politique qui démontre que l’opposition parle désormais le même langage et s’est organisée autour d’Etienne Tshisekedi.

Même Moïse Katumbi, à qui de nombreuses personnes attribuent à tort ou à raison une grande  ascendance sur le « Rassemblement », s’est rangé derrière les choix fondamentaux opérés par le vieil opposant en qui il a placé toute sa confiance depuis les travaux de Genval dans la banlieue bruxelloise, conclut le journal.

La Prospérité elle, fait état des réserves émises par le président du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP), Franck Diongo qui, parlant du dialogue inclusif, doute de la sincérité du président de la République et sa majorité. A en croire ce député de l’opposition, le chef de l’Etat ne tient pas parole, d’où il faut tout prendre avec prudence au cours de ces assises qui commencent ce jeudi au Centre interdiocésain.

Pour Franck Diongo cité par La Prospérité, le Président Kabila doit démissionner le 19 décembre 2016 à 23 heures 59 minutes de sorte que le 20 décembre, la République puisse avoir d’autres animateurs par respect à la constitution de la République qui, selon lui, ne peut pas être violée par qui que ce soit.

L’Avenir revient sur le menu du dialogue du Centre interdiocésain qui, selon ses sources, planchera sur les points de divergences relevés par la CENCO au cours de sa mission de médiation notamment ceux relatifs aux institutions pendant la transition, la forme du compromis politique à trouver, les mesures de décrispation politique, le mécanisme de suivi de l’accord.

Au niveau des Etats-majors de différentes parties, note le tabloïd, les choses s’accélèrent, car les listes de participants devaient être déposées mercredi auprès de la CENCO. Aux dernières nouvelles, seule l’UNC de Vital Kamerhe avait déposé sa liste, les autres devant le faire ce jeudi. Le journal redoute que le Rassemblement, à travers cette rencontre, ne cherche à instaurer le totalitarisme, c’est-à-dire, le fait de vouloir réduire l’Etat congolais à leur seule entité.

Supposons qu’il y ait une dose de bonne foi de la part du Rassemblement, écrit le journal, cela aiderait inévitablement le pays à bien franchir le cap de la date du 19 décembre prochain. Si tel est le cas, c’est le peuple congolais qui aura gagné au finish, et c’est la paix qui sera sauvegardée et les élections organisées dans les délais convenus, ajoute L’Avenir.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-La Prospérité : «Récompense aux modèles de la bonne gouvernance en RDC : le prix Matata Ponyo institué à l’UNPC !»

Revue de presse Radio Okapi( 28/10/2016)

L’institution par la presse congolaise du Prix Matata Ponyo et le communiqué final du sommet de Luanda sont parmi les sujets commentés par les journaux parus vendredi 28 octobre à Kinshasa.

Institué jeudi lors d’une cérémonie solennelle à l’hôtel Memling à Kinshasa, le prix Matata Ponyo vise à promouvoir les valeurs, à rechercher les personnes de qualité dont le pays a fortement besoin pour susciter l’émulation, rapporte La Prospérité.

Autant le prix nobel de Stockholm récompense les grands cerveaux du monde et Sakharov de Bruxelles des personnalités qui se distinguent dans l’exercice de leur profession, celui de Kinshasa fait la promotion de la bonne gouvernance, écrit le quotidien.

Mais pourquoi lui avoir attribué le nom de l’actuel Premier Ministre de la RDC, s’interroge le quotidien.

Le Président de l’UNPC/Kinshasa Jean-Marie Kassamba a soutenu en réponse que  Matata était la mieux indiquée pour symboliser le prix de la bonne gouvernance en RDC pour ses traits de caractère dont l’humilité, l’efficacité, la loyauté envers son parrain politique, l’esprit de réforme et la culture des résultats.

Pour sa part, le président national de l’UNPC, Kasonga Tshilunde a estimé que l’actuel Premier ministre mérite de symboliser le prix de la bonne gouvernance pour avoir donné un contenu et un prestige à la Primature durant son mandat, ajoute le quotidien.

Honoré par les journalistes dont la corporation a  institué ce prix, Augustin Matata Ponyo a indiqué que s’il a accepté de participer à cette cérémonie en l’honneur de la bonne gouvernance en RDC, c’est parce qu’il est convaincu que «le chemin de l’émergence et du développement de la RDC passe inexorablement par la bonne gouvernance dans le domaine public», rapporte pour sa part Forum des As.

Pour convaincre, le Premier a donné des exemples concrets tirés de sa propre expérience. « Lorsque nous initions la bancarisation de la paie publique en 2011, d’aucuns menacent de mettre la ville de Kinshasa à feu et à sang. Des intimidations nous sont proférées. Nous ne paniquons pas et les fonctionnaires finissent par toucher l’intégralité de leur rémunération par la banque, sans aucun prélèvement effectué au profit de la minorité. Aussi, des millions des dollars américains qui disparaissaient chaque mois lors de la paie sont récupérés par le Trésor public», a rappelé selon le quotidien Matata Ponyo au cours de la cérémonie instituant le prix en son nom.

«C’est toujours avec ces fonds que nous avons acquis des bus, des avions, des locomotives neuves, des voitures de voyageurs neuves», a expliqué le Premier ministre, rapporte le confrère.

Cependant, ce prix ne fait pas l’unanimité au sein de la corporation des journalistes. D’après Politico CD, de nombreux journalistes sont indignés que ce prix porte le nom du Premier ministre congolais.

C’est l’avis d’Achille Kadima, éditeur du journal Africanews, qui  selon le quotidien en ligne, remet en cause les qualités de « bonne gouvernance » attribuées à Matata Ponyo, jugeant lamentable son action à la primature de la RDC.

«La profession se saborde. Matata Ponyo = Bonne gouvernance? Sous la direction de ce Premier ministre atypique, la RDC est devenue le pays le plus pauvre de la terre. Son dernier budget réserve à chaque Congolais 70 dollars pour toute l’année 2017. Transco, Congo Airways et Bukangalonzo, ses œuvres, sont presqu’en faillite. Il a lancé la bancarisation de la paie mais a épargné la primature. Le pays a renoué avec la pratique de la planche à billets et l’inflation. C’est tout sauf de la bonne gouvernance», ecrit par exemple Achille Kadima, relayant un post d’un autre journaliste sur facebook, rapporte Polico.cd

D’autres journalistes parlent même d’un prix monnayé où d’une décision unilatérale prise par les autorités de l’UNPC, ajoute le quotidien en ligne.

La presse kinoise de ce vendredi revient également sur les assises de Luanda consacrées sur la crise en RDC.

L’Avenir titre en manchette : « Aux assises de Luanda: Kabila reçoit la caution des chefs d’Etats africains »

D’après le quotidien, les chefs d’Etats et de gouvernements africains présents à Luanda ont reconnu en l’accord intervenu à Kinshasa un texte conforme auxlois de la RDC.

Une attitude saluée par la Majorité présidentielle au cours d’un point de presse. «Le fait qu’ils aient duré au pouvoir est une plus-value aux conseils qu’ils donnent. Ils nous ont donné la caution de l’Afrique et ceci nous permet d’agir en toute souveraineté, sans craindre de trahir l’âme congolaise » a commenté leporte-parole de la MP, l’ambassadeur André-Alain Atundu en réaction à cette position des chefs d’Etat et de gouvernement des pays de la CIRGL, rapporte L‘Avenir.

Loin des assurances de L’Avenir, Le Phare continue de s’interroger sur les informations qui ont été communiquées aux chefs d’Etats.

A en croire le quotidien, certains ténors de l’opposition hostile au dialogue révèlent quelques contradictions contenues dans le communiqué qui a sanctionné la fin de ces assises.

Selon ce communiqué, les chefs d’Etats et des gouvernements des pays signataires de l’Accord-cadre se félicitent de la signature, le 18 octobre 2016, de l’accord politique global  trouvé à Kinshasa. Mais, ont-ils relevé selon le journal, ce texte rappelle également «aux parties prenantes de respecter  les principes, idéaux et aspirations  du peuple congolais qui sont consacrés dans la Constitution, ainsi que les lignes directrices de la SADC et de l’Union Africaine régissant les élections démocratiques, conformément à la résolution 2277 du Conseil de Sécurité ».

Finalement, s’interroge le quotidien sans répondre, qu’ont-ils voulu transmettre comme message aux congolais?

Aux vues de ces contradictions, Le Potentiel croit dénicher la face cachée de ce sommet de Luanda.

Des camps se sont formés au sein de la CIRGL et au centre de la controverse, la question de la RDC, précise le quotidien. D’un côté poursuit le confrère, les chefs d’Etats de la SADC qui ont apporté leur soutien à l’accord politique de la cité de l’UA pour maintenir Kabila au pouvoir et de l’autre le front Paul Kagame et Yoweri Museveni qui estiment que le problème de la RDC ne peut être résolu que dans le cadre de l’amélioration qualitative de la gouvernance du pays avec une vision claire.

D’où, leur absence au sommet de Luanda alors que les deux chefs d’Etat jouent un rôle important  dans la crise congolaise.

Un boycott donc qui s’est ressenti dans le communiqué final de ce sommet, lequel a renvoyé un message confus à l’opinion internationale, estime le quotidien.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-Le Phare: «La CIRGL, l’ONU, l’UA et la SADC au chevet de la RDC à Luanda»

Revue de presse de Radio Okapi

Le sommet annoncé de la CIRGL en Angola sur la crise politique en RDC et la réaction du gouvernement congolais à la mesure prise par la Belgique de réduire la durée des visas octroyés aux responsables congolais porteurs de passeports diplomatiques sont parmi les sujets commentés par les journaux parus ce vendredi 7 octobre à Kinshasa.

A l’initiative de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), une importante réunion sur la crise politique congolaise est annoncée pour le 26 octobre 2016 à Luanda, rapporte Le Phare. Cette rencontre, rapporte le quotidien, va intervenir après celle que l’Union Européenne va tenir le 17 octobre à Bruxelles, en vue de l’adoption, par ses membres, d’une position commune face la situation politique qui prévaut actuellement en RDC.

De l’analyse du quotidien, la tenue de ce sommet international sur la RDC à Luanda est un indice important de l’échec du dialogue de la Cité de l’Union Africaine (Cité de l’OUA) piloté par le togolais Edem Kodjo. Le journal fait d’ailleurs remarquer qu’au lieu de 15 jours, le forum de la cité de l’OUA a déjà « glissé » de 21 jours faute de compromis.

Par conséquent, la communauté internationale veut, à travers ce sommet, se saisir du dossier politique du grand Congo et tenter de trouver une voie de sortie pour lui éviter le chaos qui se profile à l’horizon du 19 décembre, croit savoir le quotidien.

Selon L’Avenir qui commente cette actualité, le sommet de Luanda va discuter des derniers événements en RDC. Le Journal dit tenir cette information, du chef de la diplomatie angolaise en personne. Cependant, s’interroge le quotidien, que va proposer ce sommet dans un contexte politique dominé par la méfiance totale?

Le journal rappelle que malgré qu’un projet d’accord a été distribué aux participants aux travaux du dialogue national pour amendement et que les options ont été levées pour permettre à la CENI de finaliser la révision du fichier électoral, une aile de l’opposition continue à ne pas croire à la sincérité de ce cadre, allant même à appeler le peuple au soulèvement.

La CIRGL va demander au Rassemblement de mettre un peu d’eau dans son vin, d’accepter la petite transition qui débouchera inévitablement aux nouvelles élections au pays, espère le quotidien.

A cette préoccupation soulevée par L’Avenir, La Prospérité craint plutôt une impasse pour les participants à ce sommet de dégager un consensus sur la manière de résoudre la crise congolaise.

Le journal estime en effet qu’autant une bipolarisation s’est dessinée au sein de la classe politique congolaise, autant elle le sera en Angola. Le quotidien part du postulat qu’au niveau de la CIRGL, sont à la tête des pays, les dirigeants dont la prétention de rester au pouvoir le plus longtemps possible ne fait l’ombre d’aucun doute.

Et pris comme tel, tout irait dans le sens de soutenir les résolutions qui seraient issues du dialogue de la cité de l’Union Africaine, croit savoir le journal.

D’autre part, il y a les Nations Unies. Bien que les autres pays en soient membres, il reste que cette institution est guidée par la résolution du Conseil de sécurité où, à l’unanimité, les membres permanents avaient préconisé un dialogue inclusif pour la sortie de crise. Le journal espère face à ce tableau que les participants à ce sommet vont envisager un autre dialogue entre le camp de la cité de l’Union Africaine et le Rassemblement de l’opposition.

Forum des As s’en convainc d’ailleurs en faisant remarquer que le dialogue de la cité de l’OUA est entré en hibernation. D’après le quotidien, il s’observe un silence radio inquiétant du côté du facilitateur quant à la suite à donner à ces travaux. Ce silence suscite d’ailleurs des supputations assorties d’impatience de la part des Congolais, écrit le journal dans ses colonnes.

Face à ce silence, le quotidien conseille le facilitateur à rendre plus dynamique sa politique de communication en expliquant à l’opinion les raisons qui motivent le temps mort observé actuellement au niveau de la cite de l’OUA.

Dans un autre registre, Le Potentiel rapporte que le gouvernement Matata promet de réagir dans les heures ou dans les jours qui suivent à la décision de la Belgique de limiter la durée des visas accordés aux dirigeants détenteurs des passeports diplomatiques de la RDC.

«Le geste des autorités belges aura une réponse appropriée dans les heures ou jours à venir. Soyez en sûrs», a réagi le vice-ministre en charge des Congolais de l’étranger, Antoine Boyamba. Et parmi les réponses du gouvernement congolais à cet affront de la Belgique, Kinshasa envisage notamment de sanctions économiques à l’encontre de l’ancienne colonie, rapporte le quotidien.

Le Phare qui commente cette actualité se demande si Kinshasa dispose réellement des moyens de pression contre la Belgique. Par rapport aux sanctions économiques que la RDC envisage d’imposer à la Belgique, le journal rappelle que sur le plan agropastoral, économico-financier et industriel, le nombre des structures d’intérêts belges s’est fortement réduit depuis les fameux et inoubliables pillages de triste mémoire de 1991-93.

En toute honnêteté, conclut le quotidien,  la RDC dispose actuellement de peu des moyens de pression pour sanctionner la Belgique.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-La Prospérité : «Dialogue: Steve Mbikayi mène une fronde anti-Kamerhe !»

Les journaux parus jeudi 6 octobre à Kinshasa commentent notamment la récusation de Vital Kamerhe par une frange de l’opposition qui prend part au dialogue ainsi que la disparition de l’ancien vice-président de la transition en RDC, Arthur Z’ahidi Ngoma.

Dans une déclaration signée mercredi 5 octobre par des  délégués au dialogue  se réclamant  du courant nationaliste de l’opposition, le Facilitateur Edem Kodjo est averti sur « les agissements peu orthodoxes »  de Vital Kamerhe, qui abuserait de sa position de co-modérateur de l’opposition au dialogue pour engager seul l’ensemble de l’opposition  à ce forum, rapporte La Prospérité.

A en croire le quotidien, c’est le député  Steve Mbikayi qui mène la fronde anti-Kamerhe, qu’il accuse de  confondre son rôle de co-modérateur à celui dechef de file de l’opposition, précise le journal.
Selon Steve Mbikayi, rapporte le journal, Kamerhe n’associe personne, à part les membres de son parti, aux négociations directes avec la majorité présidentielle (MP) et les autres composantes. Dans cette optique, cette aile de la composante opposition politique au dialogue  affirme rejeter tous les engagements pris par Kamerhe, estimant que le consensus n’a pas été respecté comme mode de prise de décision.

Face à ce climat politique tendu, les confessions religieuses en RDC, à l’exception de l’église catholique, exhortent les participants au dialogue politique national à faire preuve de responsabilité et de sincérité, rapporte pour sa part Forum des As.

Au cours d’une conférence de presse organisée mercredi au siège de l’ECC (Eglise du Christ au Congo), les hommes de Dieu ont invité les quatre composantes, parties prenantes au dialogue à faire preuve de courage pour trouver un compromis réaliste, écrit le quotidien dans ses colonnes.

Elles appellent également les parties prenantes au processus du dialogue à préserver les acquis qui permettent l’organisation rapide des élections et déconseillent toute démarche tendant à consacrer la mainmise des composantes sur les membres de la CENI afin de préserver son indépendance, ajoute le journal dans ses colonnes.

« Z’Ahidi Ngoma est décédé »

Dans un tout autre registre, Le Phare rapporte la mort de l’ancien vice-président de la République  chargé du secteur socio-culturel durant la transition du système 1+4. Z’ahidi Ngoma a tiré sa révérence mercredi dans la matinée à Paris.  La capitale française, poursuit le quotidien, est la ville qu’il chérissait bien pour y avoir vécu des années durant comme étudiant et ensuite comme haut fonctionnaire à l’UNESCO, renseigne le journal.

Le quotidien rappelle cependant que c’est durant son règne comme président du RCD que des troupes rwandaises dirigées par le général James Kabarebe firent un raid sur la base militaire de Kitona avant de se diriger vers la capitale où elles furent mises en déroute par les populations kinoises avec l’aide des éléments de l’armée régulière zimbabwéenne.

L’Avenir qui commente cette triste nouvelle précise que l’opposant avait un problème de santé depuis quelques mois. Le quotidien estime que sa mort est un coup dur pour l’opposition mais aussi pour sa famille. A en croire le tabloïd, l’information sur son décès a fait le tour du monde créant une vraie onde dechoc avec des messages de condoléances fusant de partout.

La Prospérité fait remarquer qu’Arthur Z’ahidi Ngoma n’a pas eu la chance d’assister à la signature de l’Accord politique devant sanctionner la fin des travaux du dialogue politique qui se tient à la Cité de l’Union Africaine à Kinshasa. Du point de vue du quotidien, le sort n’a pas voulu qu’il conduise la liste de cadres de son parti politique aux élections locales qu’il jugeait prioritaires.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-L’Avenir: «Kananga, Joseph Kabila lance la première centrale solaire en RDC»

Revue de presse de mardi 19 juillet 2016(Radio Okapi).

Le séjour du chef de l’Etat à Kananga n’a pas laissé indifférent les journaux parus mardi 19 juillet à Kinshasa. Cette actualité alimente leurs manchettes à l’instar de L’Avenir, qui titre: « Joseph Kabila lance la première centrale solaire en RDC».

Cette centrale solaire, aménagée dans la partie sud du site qui abrite le cabinet du gouverneur du Kasaï central, vise à améliorer la desserte en électricité de la ville de Kananga qui en était privée depuis plus de 40 ans, fait remarquer le journal.

Une solution palliative, provisoire, fait d’emblée remarquer le Président Joseph Kabila dans son speech, prenant l’engagement de faire achever les travaux du barrage de Katende déjà effectuées à 65 %.

Le chef de l’Etat a aussi coupé le ruban symbolique de la société TRANSKAC (Transport du Kasaï Central), et a pris place à bord d’un bus jusqu’à l’entrée principale de la gare de la SNCC (Société nationale des chemins de fer du Congo) pour revenir au point de départ, rapporte le quotidien.

L’Agence congolaise de presse (ACP) relaie la même information et renchérit: « Le Président Joseph Kabila, a ensuite reçu en sa qualité de Commandant suprême des FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo) les honneurs militaires, avant de  passer en revue un détachement  des troupes rangées à cet effet sur le tarmac ».

Après la présentation des personnalités et le bain de foule, le cortège présidentiel s’est effrayé difficilement un passage au milieu des habitants mobilisés pour quitter l’aéroport national de Kananga pour le centre-ville, note l’Agence.

Forum des As spécifie que le Chef de l’Etat a également abordé, dans son adresse à la population locale, la question politique avec deux thèmes précis : la décentralisation et le processus électoral.

«J’aimerais bien demander à la population d’appuyer ce processus parce que, in fine, l’objectif est le développement de la province, de façon particulière, du pays de façon générale», a déclaré Joseph Kabila, cité par le journal ; avant de poursuivre : «En même temps, à la fin de ce mois, soit le 31 juillet, on doit commencer le processus d’enrôlement».

La Prospérité parle aussi politique, mais s’appesanti sur la question du dialogue et titre : « Sassou au secours de Kodjo ! »

Serait-il un facilitateur supplémentaire pour une solution dans la situation politique actuelle en RDC?

Le journal révèle que le président du Congo Brazzaville reçoit des personnalités de la RDC depuis un temps et le président Joseph Kabila serait déjà passé par là et est le premier à l’avoir fait. Mais l’opposition pas encore. Alors Sassou réussira-t-il à faire quelque chose ? s’interroge le tabloïd kinois.

Par ailleurs, La Tempête des Tropiques suppute que les activités parallèles programmées le 31 juillet à Kinshasa dénotent d’un « Complot contre le meeting de Tshisekedi ».

Le journal évoque des concerts des musiciens à la solde du pouvoir et quelques rassemblements des partis politiques de la majorité. Or, à cette date, Etienne Tshisekedi doit tenir un meeting.

De gros moyens financiers seraient mis en jeu pour y parvenir. Ces initiatives viseraient à faire échouer la rencontre Etienne Tshisekedi-peuple congolais du 31 juillet, écrit La Tempête des Tropiques.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-Forum des As: «Coup de théâtre au Mécanisme national de suivi : François Muamba démissionne ! »

Revue de presse du 15 juillet 2016(Radio Okapi).

La démission de François Muamba du Mécanisme de suivi de l’accord-cadre d’Addis–Abeba (MNS) est largement commentée par les journaux parus vendredi à Kinshasa.

Forum des As titre à la Une: « Coup de théâtre au Mécanisme national de suivi : François Muamba démissionne!» Le journal rapporte que dans sa lettre adressée au Chef de l’Etat à cet effet, le désormais ex-coordonnateur du MNS, qui rappelle qu’il n’est pas de la famille politique du Raïs, dit respecter les choix de celui-ci et assumer pleinement les siens.

François Muamba Tshishimbi a choisi ce mois crucial de juillet pour démissionner de son poste de coordonnateur du MNS, souligne le quotidien, ajoutant que  les exégètes pointus auront décelé dans ce passage le nœud du problème en cette période politiquement décisive.

Soulignant que certains habitués des couloirs du MNS verront aussi dans le départ de Muamba une expression d’un ras-le-bol d’un homme qui s’est fait fort de donner le meilleur de lui-même sans toujours avoir un minimum de moyens pour son action. Le journal indique que l’homme, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, respirait autant la maîtrise du sujet que l’entregent nécessaire pour décliner l’accord-cadre d’Addis-Abeba.

De son côté, La Postérité indique que François Mwamba dit avoir pris la mesure du  temps et des  circonstances que traverse  la RDC en cette année cruciale  2016,  avant de s’en remettre, après   réflexion mûrie,  à l’autorité du Président Kabila, pour lui soumettre sa démission.

Sans trop de détails, poursuit le journal, il y a lieu de noter simplement que cette lettre pourrait, néanmoins,  donner lieu  à plusieurs   interprétations  sur les  raisons cachées  de cette démission fracassante et  impromptue.

Revenant sur le même sujet, L’Avenir titre: «Gros trou au MNS: François Muamba jette l’éponge». «  Par la présente, j’ai l’honneur d’informer votre autorité de ma décision de démissionner de mon poste de coordonnateur que j’occupe au sein du mécanisme national de suivi (MNS) depuis le 21 mai 2013 », écrit- il, dans une correspondance adressée au chef de l’État, dont l’Avenir rapporte avoir obtenu une copie.

Ancien secrétaire général du   Mouvement de libération du Congo de Jean Pierre Bemba, rappelle le quotidien, François Muamba aura donc passé trois ans et deux mois à la tête de cette structure chargée d’accompagner et de superviser la mise en œuvre des engagements pris au niveau national pour les réformes mentionnées dans l’accord cadre d’Addis – Abeba, signé en février 2013 par onze pays africains.

Cette nouvelle fait également la Une du journal Le Phare: «Vive secousse dans l’espace présidentiel : François Muamba quitte Kabila». Selon des commentaires de la presse internationale, rapporte le journal, François Muamba aurait pris ses distances vis-à-vis du Chef de l’Etat en raison du  flou qui entourerait la fin de son second et dernier mandat constitutionnel.

Au quotidien de poursuivre que « cet acteur politique n’aurait pas reçu des signes clairs concernant sa [de Joseph Kabila] volonté de se plier ou non aux prescrits de la Constitution, qui ne l’autorise ni à prolonger son bail à la tête de l’Etat, ni à rempiler pour un troisième mandat.»

On peut le soupçonner aussi de vouloir se faire une virginité totale en vue d’une meilleure immersion au sein de l’opposition, où plusieurs leaders doutent encore de sa position, compte tenu de sa rupture brutale avec Jean-Pierre Bemba, dont il était l’un des bras droits au secrétariat général du MLC, analyse le quotidien, ajoutant que son rapprochement inattendu avec Kabila n’a cessé de donner de lui l’image d’un allié de la majorité présidentielle, dont l’effacement va demander du temps.

Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-La prospérité : « Nangaa reste figé, il n’y aura pas d’élection en 2016 ! »

Revue de presse kinoise de mercredi 6 juillet 2016(Radio Okapi)

Les journaux parus mercredi 6 juillet à Kinshasa s’intéressent notamment aux récentes déclarations du président de la CENI, Corneille Nangaa, tenues lundi lors d’un échange avec les acteurs de la Société Civile de la province de Haut-Uelé.

Au cours des échanges qu’il a eus avec les acteurs de la Société Civile de  la province de Haut-Uelé, lundi 4 juillet, le président de la CENI a officiellement avoué à ses interlocuteurs qu’ « il n’y aura pas d’élection présidentielle dans le délai constitutionnel en 2016 ! » rapporte La Prospérité.

D’après le quotidien, Corneille Nangaa  a pour sa défense, renvoyé la balle à une litanie de contraintes techniques qui se transforment en vrais ennemis de la présidentielle en fin 2016. Il s’agit entre autres de la constitution d’un sérieux fichier électoral dont la durée va nécessiter une « petite extension » a-t-il précisé à ses interlocuteurs, écrit le quotidien dans ses colonnes.

Corneille Nangaa a soutenu que la CENI allait respecter la constitution, étant donné que les élections que la centrale électorale va organiser se feront conformément à la constitution. Mais, a-t-il cependant précisé, « en 2016, nous ne serons pas en mesure d’organiser les élections en novembre».

Les journaux de Kinshasa reviennent également sur le communiqué de presse de la présidence de la République, publié à la suite de la réunion spéciale restreinte du Gouvernement que le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, a présidée mardi dans le cadre des 28 mesures économiques urgentes du gouvernement  en vue de faire face à la baisse des cours des matières premières.

Au cours de cette réunion, il a été procédé à l’évaluation des 28 mesures économiques urgentes au regard de la situation économique et monétaire du pays, indique un communiqué de la Présidence de la République remis à la presse, rapporte Forum des As.

A en croire ce document de presse, Joseph Kabila a au cours de cette rencontre donné des instructions au gouvernement en vue de la mise en œuvre rigoureuse et sans faille des 28 mesures déjà préconisées, de l’application des sanctions à l’endroit de tous les responsables, cadres et agents des services publics agissant en violation des prescrits légaux et réglementaires en favorisant notamment la fraude fiscale et douanière.

Le Président de la République, poursuit le quotidien, a en outre donné des instructions au gouvernement afin que des mesures incitatives soient prises de nature à assurer l’accroissement et la diversification de la production, en mettant un accent particulier sur l’agriculture.

Abordant le même sujet,  Le Phare indique qu’au cours de cette séance de travail des membres du gouvernement du secteur économique,  le constat a été  fait qu’à ce jour, les mesures prises par le gouvernement en janvier pour faire face à la baisse des cours des matières premières et  relancer  l’économie nationale souffrent d’un sérieux déficit d’application.

En vue d’un état des lieux exhaustif, des missions d’évaluation vont être envoyées incessamment en provinces, renseigne le quotidien.

Le chef de l’Etat a par ailleurs adressé une sévère mise en garde à tous ceux qui forcent l’administration douanière à opérer des enlèvements d’urgence en matière dédouanement des marchandises importées, sous prétexte d’appartenir à la famille biologique du Chef de l’Etat, écrit le journal.

De même, il a été rappelé le respect strict du décret n’autorisant que la présence de quatre services officiels aux postes frontaliers, ajoute le tabloïd.

L’insécurité à l’Est préoccupe également  la presse kinoise de ce mercredi.

L’Avenir titre en manchette « Nord-Kivu : Une nouvelle attaque sanglante des ADF fait neuf morts à Oicha ».

Selon le quotidien, la localité de Bakila-Tenambo, située près d’Oicha dans le territoire de Beni au Nord-Kivu a été une nouvelle fois le théâtre de tueries mardi. Les habitants s’y sont réveillés sous une attaque d’hommes armés, présentés comme des combattants ADF, qui aura fait neuf morts et quelques blessés, selon le bilan provisoire avancé par la société civile locale.

Cette attaque est la plus meurtrière depuis juin 2016, croit savoir le quotidien, faisant remarquer que contrairement à leur mode opératoire, cette nouvelle attaque des ADF semble n’avoir pas été menée à l’aide des armes blanches.

Selon M. Kasariyo qui a fait une descente sur le lieu du crime quelques minutes après le massacre,  les assaillants se seraient servis d’armes à feu pour éliminer leurs victimes, note le quotidien dans ses colonnes.​

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-Forum des As : « Selon la société civile du Maniema, kabila annonce le dialogue pour juillet »

Les journaux parus mardi 5 juillet à Kinshasa s’intéressent principalement au point de presse de lundi de la société civile de Maniema en rapport avec leur rencontre avec le président Kabila.

Le Dialogue politique en RD Congo pourrait finalement ouvrir ses portes en ce mois de juillet, croit savoir Forum des As qui indique tenir cette information du président de la Société civile du Maniema.

A en croire le président de coordination de ce mouvement citoyen qui tenait lundi un point de presse à Kindu, c’est le chef de l’Etat en personne, Joseph Kabila, qui a fait l’annonce de la tenue de ce Forum national en juillet  au cours de l’audience qu’il a accordée aux membres de la Coordination de la Société civile du Maniema, à l’occasion des festivités marquant le 56ème anniversaire de l’indépendance du pays, rapporte le quotidien.

Cependant,  note le quotidien, aucune précision n’a été donnée sur la date de démarrage effectif de ce Dialogue, précisant cependant qu’il s’agirait,  selon toute vraisemblance, du dialogue convoqué par l’Ordonnance présidentielle de novembre 2015 et qui a comme facilitateur l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo.

« Mais ce dialogue-là est rejeté par une partie de l’Opposition » rappelle le quotidien en faisant remarquer qu’un dialogue sans l’UDPS, le MLC, l’UNC, le G-7, etc. ressemblerait plus aux Concertations nationales-bis.

De l’avis du quotidien, il n’est pas évident que ce dialogue se tienne au mois de juillet. Comme arguments avancés par le journal, le fait qu’il faudra avant tout passer par la mise en place du comité préparatoire qui, estime le journal, ne pourra se faire en juillet. Le quotidien pense également que Kodjo ne pourra pas non plus convoquer un Dialogue sans l’Opposition, surtout sans l’UDPS de Tshisekedi.

La tenue du dialogue au mois de juillet, c’est aussi ce que propose le Groupe d’appui à la facilitation au dialogue. Selon L’Avenir qui livre cette information, ce groupe composé de l’UA, l’ONU,  l’UE, l’OIF, la SADC et la CIRGL s’est réuni pour la première fois lundi  à Addis-Abeba en Ethiopie.

Et au cours de cette rencontre, ce groupe a réaffirmé  l’engagement et  l’importance cruciale de la tenue d’un dialogue national fructueux avec toutes les parties prenantes congolaises, de préférence à la fin du mois de juillet 2016 et a convenu d’entreprendre des consultations visant à encourager toutes les parties prenantes à participer au dialogue, rapporte le quotidien.

Cette réunion a également salué les efforts déployés par les autorités congolaises et surtout par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), avec le soutien de différents partenaires pour entreprendre l’opération de révision du fichier électoral nécessaire pour la tenue des élections.

De l’avis du tabloïd, avec cette déclaration du groupe de soutien à la facilitation, les choses sont en train de se préciser, en vue de la tenue du dialogue politique national et inclusif, pour un atterrissage en douceur du processus électoral.

Car, craint le quotidien, si le dialogue ne se tient pas au bon moment, voire si les Congolais n’aboutissent pas à un consensus d’ici à la fin de l’année, le pays pourrait sombrer dans une crise indescriptible.

Toujours au sujet de ce dialogue et sur l’organisation des élections en RDC,  La Prospérité note que  le Président Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi, Chef de file de l’Opposition investi à Genval, ne partagent forcément pas la même perception.

A en croire le quotidien, les discours prononcés par les deux personnalités à l’occasion du 56ème anniversaire de l’indépendance du pays, ont fini par dissiper le doute là-dessus.

Quand Joseph Kabila, depuis Kindu, invite le Facilitateur Edem Kodjo à lancer, au plus vite, les travaux du dialogue politique selon le modèle défini dans l’Ordonnance du 28 novembre 2015 ; Etienne Tshisekedi de son côté n’entrevoit aucune discussion avec le pouvoir en place à Kinshasa si ce n’est dans le respect de l’esprit et de la lettre de la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité de l’ONU, dont le contenu a été repris dans la Résolution 2293, fait remarquer le quotidien.

Et quand Kinshasa annonce le début des opérations d’enrôlement des électeurs à la fin de ce mois de juillet, poursuit le journal dans son analyse, Etienne Tshisekedi prévient que le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement n’accepterait pas une parodie d’enrôlement des électeurs aussi longtemps que la CENI et la Cour Constitutionnelle resteraient, selon ses propres termes, inféodées au pouvoir.

Or, sans calendrier électoral et sans fichier électoral, il est difficile d’affirmer que le processus électoral avance de manière à organiser les élections dans le délai constitutionnel, estime le tabloïd.

Dans un tout autre registre, Le Phare rapporte dans ses colonnes que le « Rassemblement pour la défense des valeurs de la République », plateforme des forces politiques et sociales de l’opposition née  à Genval,   annonce une série d’actions pour le respect de la Constitution, qui interdit à l’actuel chef de l’Etat de briguer un troisième mandat, et la tenue des élections présidentielle et législatives nationales dans les délais Constitutionnels.

Ces actions débuteront par un grand meeting à Kinshasa le 31 juillet 2016 et la mobilisation générale sur l’ensemble du territoire national comme à l’extérieur du pays, pour contraindre le pouvoir  en place de débloquer le processus  électoral par la convocation du corps électoral le 20 septembre 2016 pour la présidentielle et de se conformer à loi fondamentale votée par référendum par 85% des Congolais, précise le quotidien.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-La Prospérité: « 30 juin : discours déterminant de Joseph Kabila »

Revue de presse du lundi 27 juin 2016(Radio Okapi)

Les journaux de Kinshasa analysent les attentes de la population sur le discours du 30 juin 2016 de Joseph Kabila. Ils rendent aussi compte du communiqué des présidents des groupes parlementaires pour répondre aux informations faisant etat de leur refus de voir le budget du Parlement subir une coupe de 30 % en application de la loi de finances rectificative.

La Prospérité renseigne que le discours que Joseph Kabila va prononcer, le jeudi 30 juin 2016, est très attendu pour plusieurs raisons. Le quinquennat, débuté en 2011, rappelle le journal, tire à sa fin. Formellement, commente le quotidien, cela devrait être, sauf arrangement politique particulier, le dernier de la série.

Pout le tabloïd, le processus électoral étant bloqué, des orientations du Président de la République sont nécessaires pour remettre le cycle électoral dans le sens de la marche dans la bonne direction. Ses adversaires espèrent qu’il sera explicite sur son avenir politique à la tête de l’Etat, conclut La Prospérité.

Dans un autre registre, Forum des As titre : « A la suite des allégations sur leur prétendu refus de voir leur budget être amputé, les députés en colère ». Tout en souscrivant à la réduction du train de vie de l’Etat, précise le quotidien, les présidents des groupes parlementaires dénoncent le projet de ponction supplémentaire sur leurs allocations alors que certaines instances gouvernementales enregistrent des dépassements budgétaires allant jusqu’à 800%.

A la base de l’ire des députés , « des « informations » faisant état d’un prétendu refus des élus de voir leur budget être amputé conformément à la cure d’amaigrissement des institutions de l’Etat consécutif qu’impose la loi des finances rectificative en attente de promulgation », précise le tabloïd.

Les différents chefs de file au sein de l’Hémicycle font observer que d’un point de vue purement légal, le budget rectificatif n’est pas encore de saison parce que non encore promulgué par le chef de l’Etat, bien que déjà voté par les deux chambres du Parlement, rapporte le journal.  En plus, poursuit Forum des As, le rôle de l’Assemblée nationale est de voter la loi des finances et non de l’exécuter.

Pour La Prospérité, ces députés s’adressent à certains membres du Gouvernement qui distillent des informations tronquées dans la presse, concernant la restriction budgétaire. Selon le quotidien, « ces élus  demandent à être payés conformément au Budget 2016, tel que promulgué, fin décembre 2015, par le Chef de l’Etat ». Cela ne signifie en rien qu’ils veulent se soustraire aux mesures visant la réduction du train de vie de l’Etat, précise le tabloïd.

Les présidents des groupes parlementaires indiquent dans leur communiqué qu’ils ne comprennent pas qu’un membre du Gouvernement s’arroge le pouvoir d’opérer des coupes budgétaires en violation de la loi de finances en vigueur. « Désormais, aucune dépense extrabudgétaire ne devrait avoir place en RDC », indique le journal qui reprend le communiqué.

Pour L’Avenir, les Présidents de tous les groupes parlementaires de l’Assemblée nationale ont voulu dénoncer la diffusion, par certains journaux kinois, d’une contrevérité destinée à écorner gratuitement l’image de la chambre basse auprès des Congolais. Avec ou sans la complicité de certains hommes politiques, «nos confrères ont péché par ignorance des principes élémentaires de droit et du fonctionnement de nos institutions », conclut le quotidien.

Le même journal évoque aussi, dans sa livraison de lundi 27 juin, le changement à la tête de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Mgr Marcel Utembi, Archevêque de Kisangani vient d’être élu président de la CENCO, renseigne le journal. Il remplace à ce poste Mgr Nicolas Djomo, Evêque de Tshumbe. Il sera secondé par S.E. Mgr Fridolin Ambongo, évêque de Bokungu-Ikela et Administrateur apostolique de Mbandaka-Bikoro, rapporte le tabloïd.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Revue de presse-Le Phare : « Sanctions américaines : le général Kanyama frappé »

Les journaux parus vendredi 24 juin à Kinshasa commentent notamment les sanctions financières infligées par le trésor américain au chef de la police de Kinshasa, le général Kanyama et l’ouverture annoncée du conclave de l’opposition pro-dialogue à Kinshasa.

Les avoirs du General Kanyama, officier supérieur de la Police Nationale Congolaise,  « basés aux Etats-Unis ou en possession des citoyens américains sont gelés», rapporte Le Phare qui relaie le communiqué que le Directeur du bureau de contrôle des avoirs desétrangers au Département du Trésor américain, John Smith, a fait parvenir jeudi aux médias. Ce document souligne que  « tous les citoyens américains ont interdiction d’effectuer des transactions avec lui », précise le quotidien.

D’après le journal, le général Kanyama est épinglé à la suite de son implication dans les dérapages de l’opération « Likofi » dirigée contre des marginaux communément appelés Kuluna, mais aussi dans la répression violente des manifestations politiques pacifiques à Kinshasa.

Le bureau de contrôle des avoirs des étrangers au département du Trésor américain fait notamment référence aux manifestations de janvier 2015. Sur ce point, rapporte le tabloïd, ce communiqué américain soutient que «plus de 40 personnes ont été tuées dont au moins 20 par arme à feu et par les forces de sécurité».

L’Avenir s’intéresse à l’actualité à la chambre basse du parlement et fait savoir que dans une résolution votée jeudi, les députés ont exhorté d’arrêter les massacres dans l’Est du Congo et à traduire les coupables en justice.

Dans cette résolution, les élus nationaux ont affirmé leur préoccupation face à «l’escalade de la violence et l’alarmante situation humanitaire se détériorant en RDC où  des dizaines de groupes armés restent actifs, recrutant et utilisant des enfants, avec de nombreux massacres rapportés» souligne le journal.

Dans cette résolution, les élus nationaux invitent également toutes les parties se battant dans le nord-est du Congo à mettre «fin à la violence, déposer les armes, libérer tous les enfants de leurs rangs et à promouvoir le dialogue», ajoute le quotidien.

La Prospérité de son côté révèle en manchette que «le colloque de l’opposition pro-dialogue s’ouvre ce lundi 27 juin 2016.»

Selon le quotidien, Steve Mbikayi, Justin Bitakwira, Mushi Bonane, Papy Miantezolo et d’autres opposants pro-dialogue se sont réunis jeudi 23 juin à la place dite GB à Kinshasa pour régler les derniers détails de ce forum. Et il ressort de cette réunion que tout est fin prêt et que le conclave sera ouvert  lundi pour se clôturé le mardi dans l’après-midi.

«Les questions du pays soient traitées au pays et non à l’étranger et d’autre part que le dialogue soit défendu», a déclaré à la presse le coordonnateur de l’opposition citoyenne et président de l’Alliance de la république pour la conscience nationale (ARCN), l’un des organisateurs de ce colloque.

De son côté, Steve Mbikayi, président national du Parti travailliste (PT) et porte-parole de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS) a insisté sur la nécessité d’aboutir à l’organisation d’un dialogue.

A en croire  le président national du Parti travailliste, «des puissances occidentales et européennes réunies dans la capitale suisse, ont annoncé de graves troubles en perspective en RDC dans les mois à venir, surtout à la fin de cette année. Certaines ambassades auraient même demandé à leurs ressortissants de quitter certaines villes de notre pays», rapporte Forum des As.

www.radiookapi.net

Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire